Le Patriote, au coeur des Laurentides depuis 1967

Portant à ses débuts le nom de Théâtre de la Sablière, le théâtre fut d’abord établi dans une «luxueuse» grange bâtie en 1920 et appartenant à Lorne McGibbon, un riche industriel propriétaire du domaine de 525 acres sur lequel le théâtre était situé.

En 1943, La succession de M. McGibbon a vendu le domaine aux Pères Oblats de Marie-Immaculée qui eux, trente ans plus tard, ont légué la partie du domaine où est situé le théâtre à la Ville de Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides pour en faire un lieu à vocation culturelle.

Ce sont des gens de la communauté agathoise qui décidèrent d’y établir une salle de spectacle et qui formèrent le premier conseil d’administration du théâtre, nommé Conseil des arts de Sainte-Agathe. Parmi eux, Me Ghyslain Lapointe, Me Guy Godard, MM. René Lortie, Pierre Hamel, Dr Claude Giard, Marcel Frenette, Dr Albert Joanette, Dr Pierre Bélanger, Mmes Lucille Pellerin, Janine Giard, Pauline Raymon et Isabelle Lapointe. Ils confièrent à Gilles Mathieu, fondateur de la célèbre boîte à chansons La Butte à Mathieu, le soin de bâtir la première programmation en compagnie de Henri Norbert.

Le premier à recevoir l’honneur de monter sur les planches du Théâtre de la Sablière fut Gilles Vigneault, le 17 juin 1967. Plusieurs autres suivront, tels que Jean-Pierre Ferland, Claude Gauthier, Pierre Calvé, Pierre Létourneau, Raymond Lévesque, Clémence DesRochers, Jean-Guy Moreau et Tex Lecor, pour ne nommer que ceux-là.

Le Théâtre de la Sablière devient le Patriote Sainte-Agathe

En 1970, les fondateurs et directeurs de la réputée boîte à chansons montréalaise Le Patriote, les regrettés Percival Broomfield et Yves Blais, devinrent locataires du théâtre et lui donnèrent le nom que porte leur boîte de la métropole. Le Patriote de Sainte-Agathe est alors né. À l’époque, le communiqué de presse titrait : «Le Patriote-en-ville déménage à la campagne pour l’été».

C’est sous leur gouverne que la salle agathoise devint un lieu culte dont la réputation dépassa largement les frontières des Laurentides. Devenu incontournable pour les artistes en tournée, Le Patriote de Sainte-Agathe était LE lieu de la chanson québécoise. À cette époque, se rendre dans les belles Laurentides et «faire Le Patriote» était un immanquable.

Tous les grands noms de la chanson déjà applaudis en 1969, en plus de ceux en passage au Patriote de Montréal, se présentèrent à Sainte-Agathe-des-Monts : Robert Charlebois, Claude Dubois, les Séguin, Marc Favreau, Ginette Reno, André Gagnon, Claude Léveillée, Jean Lapointe, Diane Dufresne, Félix Leclerc, Pauline Julien, les Cyniques, Beau Dommage, etc… bref, ils y sont tous passés. Des dizaines d’artistes venus d’Europe, dont Nana Mouskouri, Barbara, Èva et Gilbert Bécaud, vinrent également présenter leur spectacle au Patriote.

Les années 80-90

Au cours des années 80, la chanson laissa la place au théâtre pendant la saison estivale. Ce seront les «belles années» du théâtre d’été. Avec la collaboration étroite de Pierre Labelle et de Michel Forget, Percival et Yves connurent un vif succès. Après avoir été LE lieu de la chanson, Le Patriote devint également LE théâtre d’été incontournable.

Le départ de deux piliers

En 1994, après 12 saisons d’été fructueuses, Michel Forget décida de relever de nouveaux défis puis, en 1998, le fidèle complice de Percival, Yves Blais, fut emporté par la maladie. Une nouvelle étape pour le théâtre. Toujours à la direction, Percival Broomfield présenta alors des comédies musicales et offrit sa scène aux humoristes.

Les années 2000 : un nouveau départ

Au tournant du nouveau millénaire, Percival Broomfield recruta comme associé, un des employés de la première heure du Patriote de Montréal, M. Denis Lamarre. Chansonnier, animateur et grand amoureux de cette salle devenue légendaire, il lui insuffla un vent de renouveau et de fraîcheur, et ce, toujours dans l’esprit et dans la philosophie des fondateurs. Dès le départ, il fit sa marque en présentant le nouveau spectacle d’Yvon Deschamps, présenté à plus de 70 reprises, et ce, toujours devant une salle comble. La présentation du spectacle Les Girls de Clémence DesRochers fut également un moment fort de cette période.

À l’automne 2002, l’équipe du Patriote et toute la communauté agathoise fut ébranlées par le décès de Percival Broomfield. Visionnaire, passionné et aimé des agathois, il bâtit une salle de spectacle mythique, chaleureuse et adorée par artistes. Denis Lamarre reprit alors le flambeau et poursuivit l’œuvre des fondateurs.

Les grands succès

À l’image de sa passion et de son énergie contagieuse, Denis Lamarre présenta des productions théâtrales de haut niveau et acclamées du public. Avec un flair hors du commun, il s’assura de la collaboration de deux grandes pointures du milieu, M. Claude Michaud et M. Michel Dumont. Avec ce duo de comédiens et avec le metteur en scène Claude Maher, Denis Lamarre attira des milliers de spectateurs au Patriote. Le Dîner de cons connu un tel succès qu’il a été présenté au cours de deux années consécutives, tout comme Coup de Ciseaux, une pièce originale et audacieuse où les spectateurs étaient appelés à participer au dénouement de l’histoire. Avec la présentation de cette pièce, Le Patriote innova tout comme l’ayant souvent fait au cours de sa riche histoire.

La naissance d’un diffuseur

Face à une industrie en pleine mutation, Denis Lamarre souhaita revoir la façon de présenter les spectacles au Patriote. Trois principaux objectifs furent derrière cette démarche : assurer la pérennité du théâtre, confier sa gestion à un organisme sans but lucratif, ce qui est pratiquement la norme dans le domaine, et offrir à la population agathoise le privilège de se réapproprier sa salle de spectacle.

Ce fut donc parallèlement à la préparation et à la présentation de ses productions estivales que Denis Lamarre fonda en 2007, Sainte-Agathe-des-Arts. Organisme sans but lucratif, il est composé de personnes issues de la communauté et agit comme diffuseur pluridisciplinaire en arts de la scène.

Diffusant principalement au Patriote, Sainte-Agathe-des-Arts offrit alors à la population, des spectacles professionnels et diversifiés. Comptant sur l’appui de la Ville de Sainte-Agathe-des-Monts, de plusieurs municipalités environnantes, de partenaires privés et publics, Sainte-Agathe-des-Arts fut appelé à prendre de plus en plus de place dans les activités courantes du théâtre et prit en main la présentation des spectacles de la saison d’automne du Patriote.

Une période de transition

En 2011, après avoir fait vivre Le Patriote comme à ses débuts et lui avoir redonné un nouvel élan, Denis Lamarre quitta la direction du théâtre avec le sentiment du devoir accompli. Sous sa gouverne, Le Patriote s’est imposé comme destination touristique et culturelle incontournable et a repris sa place dans le cercle restreint des salles de spectacles reconnues et aimées par la communauté artistique.
Diffusion Ste-Agathe, un organisme sans but lucratif composé de la Ville de Sainte-Agathe-des-Monts, Sainte-Agathe-des-Arts et EAPL inc. prit le relais.

Tourné vers l’avenir et vers le 50e en misant sur un héritage précieux.

Aujourd’hui, le diffuseur des arts de la scène Sainte-Agathe-des-Arts dirige la destinée du Patriote. S’appuyant sur des valeurs solides et sur un patrimoine précieux, le diffuseur est conscient de la richesse historique de l’institution et souhaite inscrire Le Patriote comme une salle incontournable pour les artistes en tournée.
Prenant un virage résolument tourné vers la chanson, tel qu’à l’origine, Sainte-Agathe-des-Arts souhaite toutefois laisser une large place au théâtre, notamment pour le jeune public, à la musique, à la danse et à l’humour. Le Patriote diffuse maintenant d’avril à novembre et est, depuis février 2013, reconnu comme diffuseur pluridisciplinaire en arts de la scène par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Il rejoint également le Réseau Scènes, un réseau de diffuseurs pluridisciplinaires établis dans les régions des Laurentides, Lanaudière, Montérégie, Mauricie et Montréal.

Créée en 2014, la scène Desjardins de La Boîte à chansons est un nouveau lieu de diffusion située dans le hall d’entrée du théâtre.Cette deuxième salle accueille 120 spectateurs en formule cabaret.
C’est également en 2014 que Robert Charlebois fut nommé le Parrain du Patriote. Le célèbre auteur-compositeur accompagnera l’équipe du théâtre vers son 50e anniversaire.

Les projets ne manquent pas pour le diffuseur qui, lors du 50e anniversaire du théâtre en 2017, souhaite offrir aux amoureux du Patriote une salle rénovée, encore plus accueillante, et ce, toujours en offrant à la population des spectacles de qualité qui ont fait la réputation du théâtre au cours de toutes ces années.